Les insultes et les coups.

Copyright inconnu

Copyright inconnu

Elle a appris bien plus tard qu’il était ce qu’on appelle un pervers narcissique. Les premiers signes sont apparus très vite, au bout de quelques jours, sous la forme d’une crise jalousie sans fondement, au cours de laquelle il lui a annoncé très violemment qu’il la quittait. Elle était effondrée, elle l’a supplié de ne pas partir, a cherché à lui faire comprendre que ce n’était qu’un malentendu. Il est revenu. A partir de ce jour, ils ont vécu dans un rapport de force permanent. Sa violence morale à lui s’est tout d’abord manifestée par des rabaissements perpétuels : elle n’était jamais assez bien, toujours trop « commune », « banale », pas assez intelligente, pourvue d’un esprit limité. Paradoxalement, ces phases de dévalorisation alternaient avec d’autres au cours desquelles il la portait aux nues : elle était brillante, elle écrivait magnifiquement bien, elle valait infiniment mieux que lui. Elle aurait dû remarquer plus tôt qu’il n’avait aucune considération pour elle, ni pour quiconque d’ailleurs. Le seul qui comptait à ses yeux, c’était lui.

Les insultes sont venues très vite, doublées d’un comportement paranoïaque. Il était persuadé qu’elle le trompait, voulait tuer tous ses ex. Il lui faisait des esclandres pour un rien, ne montrait aucune empathie quand elle pleurait – il prenait au contraire un malin plaisir à provoquer des crises de larme et à la torturer. Il surveillait ses moindres faits et gestes, si bien qu’elle avait fini par perdre toute spontanéité, calculer tout ce qu’elle faisait par crainte de lui déplaire, se sentir coupable de choses qu’elle n’avait pas faites. Elle ne sait même pas pourquoi elle a accepté de l’accompagner dans son pays d’origine, où elle ne connaissait personne. Elle y a passé l’été le plus angoissant de toute sa vie. C’est là-bas qu’il l’a frappée pour la première fois, elle s’en souviendra toujours. Il l’avait, pour la nième fois, insultée, traitée de « sale » et de « pute ». A bout, elle l’avait giflé. En réponse, elle a reçu un flot d’insultes et une pluie de coups sur la nuque, six au total. Cette nuit-là, elle a quand même dû dormir près de lui, car elle n’avait pas le choix. Elle aurait pu s’enfuir, mais elle n’a pas eu le courage. Et puis pour aller où ? Cet été là son corps a lâché avant sa tête, elle a été victime d’une grosse infection qu’elle a dû faire soigner à l’hôpital. Sa première réaction à lui a été, évidemment, de s’énerver, comme si c’était de sa faute, à elle.

Quand ils sont rentrés en France, elle est restée avec lui. Aussi incroyable que ça puisse paraître, ce genre de personnes fait que  l’autre se sent fautif : on s’imagine mériter ce qu’on subit, parce qu’on est trop ceci, pas assez cela, on croit que c’est notre comportement qui pose problème. Peu à peu, on s’éteint, on perd toute joie de vivre, toute sérénité, toute spontanéité, mais on ne peut pas quitter. On se sent coupable à l’idée de quitter quelqu’un qui sait si bien se traîner à nos genoux après nous avoir insulté(e), on se sent petit(e), sans valeur, fragile.

Ils se sont séparés et remis ensemble un nombre incalculable de fois, elle partait mais finissait toujours par se faire avoir et revenir. Elle persistait à faire croire à ses parents que tout allait à peu près bien. Elle en a voulu après coup à pas mal de monde de n’avoir pas su ou pu la protéger contre lui, mais elle sait que dans ces cas là, on est seul à pouvoir s’aider. Il aura fallu qu’il recommence à la frapper pour qu’elle le quitte, il lui aura fallu attendre qu’il la laisse pisser le sang sur un trottoir après lui avoir cassé le nez et défoncé l’œil pour un motif imaginaire. Il lui aura fallu prendre conscience que la prochaine fois il la tuerait certainement, craindre réellement pour sa survie pour tirer un trait sur cette histoire.

Elle a porté plainte. Après de longs mois il a été condamné à payer des dommages et intérêts. Le plus ironique, c’est qu’elle était revenue tant de fois qu’il ne pouvait pas croire qu’elle partirait pour de bon. Et jusqu’au bout, il n’a pas compris le mal qu’il lui avait fait, jusqu’au bout c’est lui qui s’est érigé en victime. Bizarrement, ce coup de poing a été une délivrance. Dans son malheur elle a eu de la chance. Il n’est pas agréable de se faire frapper, évidemment, mais si sa violence s’était arrêtée à la violence verbale, elle ne s’en serait peut-être jamais sortie. Les coups font mal, mais ce qui détruit le plus, c’est la violence psychologique qui les précède souvent et les accompagne, car elle est insidieuse, invisible (il était si charmant en public) et détruit à petit feu. Certains hommes ou femmes s’en tiennent à cette violence verbale, mais souvent, il s’agit du premier pas vers la violence physique.

Les conseilleurs ne sont jamais les payeurs, mais si elle a une chose à dire aujourd’hui, c’est qu’au moindre signe de maltraitance morale ou physique au sein d’un couple, il faut partir sans se retourner. On ne DOIT PAS accepter de s’éteindre, de passer ses soirées à pleurer, de ne pas être pris en considération, de calculer ses moindre faites et geste, de vivre dans la crainte de déplaire à l’autre, de s’éloigner de ses amis, d’en arriver à croire qu’on ne vaut rien, de perdre sa confiance en soi. Si vous en êtes là, ou même un peu avant, tournez les talons, sans regret, peu importe les sentiments, peu importe la passion, peu importe la bonne entente préalable, peu importe les moments d’accalmie, car vous savez bien que ce ne sont que des gouttes d’eau dans l’océan de violence, d’appréhension et de peur que vous vivez au quotidien. Ce ne sont que des trêves avant le déferlement, encore, des insultes et des coups, avant la prochaine scène où vous vous retrouverez à vous protéger le visage, à faire le dos rond, à l’entendre vous traiter de salope, peut-être même devant les enfants. Avant qu’il s’excuse et pleure de nouveau pour vous faire culpabiliser. Puis recommence à vous insulter/frapper. C’est sans fin.

Partez. Allez chez n’importe qui, vos parents, un(e) ami(e), une tante, une association. Si vous vivez seul(e), fermez-lui votre porte à tout jamais. Faites-le avant de ne plus savoir qui vous êtes, avant de mourir à l’intérieur, avant de vous laisser détruire par un(e) con(ne) qui comble ses propres failles narcissiques en vous prenant pour un punching-ball ou des chiottes publiques. En ce qui la concerne, tout ça s’est passé il y a presque huit ans, elle a depuis rencontré et aimé des hommes merveilleux. Si quelqu’un vous fait croire que personne à part lui/elle ne peut vous aimer, qu’il/elle est ce qui vous est arrivé de mieux, que jamais vous ne pourrez trouver quelqu’un qui vous aime aussi fort, sachez que ce n’est pas vrai. C’est ce qu’ils disent TOUS. L’amour ne consiste pas à violenter l’autre, mais à le protéger contre toutes sortes de violences ou à se tenir à ses côtés quand elles adviennent. 

Partez, ayez ce courage là. On s’en sort, et vous valez INFINIMENT mieux que ça.

Bref, je suis devenue végétarienne.

J’ai commencé à interroger mon mode de consommation il y a quelques années déjà. Ainsi les produits cosmétiques ou ménagers industriels, que j’achetais auparavant parce que j’avais toujours été habituée à le faire et que ça me semblait normal, n’ont aujourd’hui plus leur place dans mon panier au supermarché. J’ai découvert qu’on pouvait se laver avec autre chose qu’un gel douche issu de la pétrochimie, se maquiller avec un rouge à lèvres dans lequel on ne trouvera pas de traces de plombs, nettoyer le sol de sa maison avec autre chose qu’un produit plein de cochonneries polluantes, allergisantes, voire cancérigènes. Mais pour découvrir tout ça, il m’a fallu au préalable remettre en question ma façon de penser. Je ne dis pas que je suis meilleure qu’une autre mais je sais (d’expérience, malheureusement) que certains n’arrivent jamais à ce stade là. Je crois que le point crucial de ma prise de conscience est là : faire les choses d’une manière donnée simplement parce qu’on l’a toujours faite ainsi ne signifie pas qu’il faille nécessairement persister dans cette voie. De même, ce n’est pas parce qu’un comportement semble normal et qu’il est adopté par la majorité qu’on ne doit pas le remettre en question et, surtout, qu’on ne peut s’en éloigner. Ainsi, tout ce qu’on nous offre en rayon dans les magasins n’est pas bon à être acheté, ce n’est pas parce qu’un produit existe qu’il est  sain ou éthique de le consommer.

L’un des problèmes de notre société de consommation (je ne vais rien apprendre à personne) est qu’elle est dictée par le profit, notamment celui des grands groupes. Pour engranger toujours plus d’argent, ils disposent de nombreux outils, en premier lieu le marketing et la désinformation. Les campagnes du secteur viticole qu’on voyait au début du siècle nous font à présent beaucoup rire : affirmer qu’il faut boire un litre de vin par jour pour être en bonne santé apparaît totalement farfelu aujourd’hui (l’eau à l’époque était moins saine que celle qui coule de nos robinets, certes, mais tout de même). C’est oublier un peu vite que les lobbies du lait, par exemple, nous matraquent de spots publicitaires nous incitant à consommer plusieurs produits laitiers par jour, soi-disant pour renforcer nos os. Or, il est avéré qu’un mammifère, dès lors qu’il est sevré, n’a plus besoin de lait, et ce n’est pas parce que l’homme est un homme qu’il fait exception à la règle. Est-ce qu’il nous viendrait à l’idée de boire du lait maternel une fois adulte ? (Vous êtes dégoûté à cette seule idée ? C’est bien, vous êtes sur la bonne voie !) Non. De même, le lait de vache est fait pour allaiter les veaux, et contient d’ailleurs beaucoup trop de lactose pour l’humain, qui le digère parfois mal. De plus si chacun prenait le temps de s’informer sur le mode de production du lait, plus personne n’en achèterait.

Le mensonge éhonté de l’industrie agroalimentaire, c’est de nous faire croire que tel ou tel produit nous est indispensable. Je rappelle que ce genre de spot n’est pas réalisé par l’Organisation mondiale de la santé ni par des associations de médecins, non, ils sont commandités par des groupes industriels et financiers, qui se moquent éperdument de la santé publique et courent après les capitaux. Le pire ? On les croit. Quand ils nous disent que le lait est bon pour nous, on en consomme. Si demain le secteur de la viande était en crise, des campagnes de pubs vantant les produits carnés apparaitraient sur nos écrans, c’est certain. Pour autant ça ne risque pas d’arriver de sitôt, au vu de la consommation pantagruélique de cette denrée dans les pays riches. Pourtant la viande industrielle non seulement n’est pas saine (les différents scandales sanitaires du secteur, de la vache folle à la grippe aviaire ne suffisent pas à décourager la consommation de produits carnés, les bras m’en tombent), mais en plus pose un réel problème éthique, à savoir la maltraitance animale.

Ça vous fait peur? Moi aussi.

L’expression d’une compassion pour la condition animale prête souvent à sourire. Je n’ai moi-même, pendant longtemps, pas échappé à cette règle, et les combats pour la défense de la cause des animaux me semblaient quelque peu exagérés, menés par de gros hystériques qui préféraient les bêtes aux humains – que ceux qui n’ont jamais moqué l’acharnement de Brigitte Bardot me jettent la première pierre. La posture communément admise face à ce massacre organisé (car c’en est un) est de se persuader que ce n’est pas « si grave » :  une fois visionnées les images de bébés phoques (insérez ici un coeur, un kikoolol ou ce que vous voulez) ensanglantés (ah non c’est pas trop kikoolol en fait) sur la banquise (qui sur l’instant nous soulèvent pourtant le cœur), on les oublie très vite, en se persuadant qu’on ne peut de toute façon rien y faire ; de même, nous avons une vague idée, dans le fond, que l’industrie du lait et de la viande traite les bêtes comme des machines, que les conditions d’élevage et d’abattage sont atroces, mais on ferme les yeux, puisque, à la différence des phoques tués pour leur fourrures, il s’agit là d’une souffrance « utile », puisqu’elle nous permet de manger (huuum, ce bon steak fumant dans notre assiette !). Qui plus est, elle est causée à des êtres non humains, ce n’est donc pas si dramatique. Ce ne sont « que » des animaux. Surtout, disons le franchement, c’est une souffrance à laquelle nous ne sommes pas confrontés directement. La viande arrive en effet dans les rayons emballée sous vide, bien découpée, aseptisée, lavée de son sang, et voilà l’animal devenu produit, qu’on achète sans se poser de question quant à sa provenance. S’il est en rayon, après tout, c’est qu’il est fait pour être consommé, non ?

Et bien non. Je persiste : tout n’est pas bon à être acheté. Quand vous êtes face à un produit au supermarché, demandez-vous ce que vous achetez vraiment. Quand vous mettez dans votre caddie ce steak lamba du rayon boucherie, il y a de fortes chances que vous achetiez les choses suivantes : les 5000 litres d’eau potable qu’il a fallu utiliser pour arroser les céréales destinées à nourrir la vache ; des centaines de kilos de ces céréales cultivées au Venezuela, arrosées par des tonnes de pesticides qui ont contaminé toutes les terres alentours ainsi que la population locale (des gens très pauvres, ça va de soi) ; le trajet depuis l’Amérique du Sud et son coût en carburant (c’est le cas de nombreux produits, certes) ; les quelques années de vie de l’animal, passées en captivité dans des boxes, sans espace ni place pour bouger, gavé de médicaments pour faire baisser le stress et prévenir les maladies qui pourraient être causées par les mauvaises conditions sanitaires et la proximité avec les autres bovins ; le transport jusqu’aux abattoirs, dans des bétaillères ; la mise à mort en général par électrocution de la tête, qui sonne parfois seulement les animaux, lesquels sont ensuite suspendus par les pattes, à la chaîne, et sont parfois saignés alors qu’ils sont encore conscients (question de productivité). Si vous achetez par exemple du mouton de Nouvelle-Zélande, vous achetez aussi le transport de bêtes fatiguées qui ne produisent plus assez de laine jusqu’en Europe, sur des bateaux surpeuplés et remplis de maladies. Les bêtes malades sont jetées vivantes par-dessus bord, de nombreuses meurent sur le bateau en raison des conditions sanitaires déplorables, toutes sont affamées et assoiffées. Arrivées en Europe, on les transporte, elles aussi, jusqu’aux abattoirs. Voilà le prix d’un « bon » repas.

Certains considèrent qu’il y a des combats plus importants (sous entendu : s’occuper des humains), mais ceux qui usent de cet argument là, en général, ne s’occupent dans les faits guère de leurs semblables et refusent simplement qu’on vienne ainsi titiller leur (mauvaise ?) conscience. Je crois qu’il y a de nombreux combats d’égale importance et qu’on lutte pour ce qu’on considère prioritaire. Ce qui me pose le plus grand problème, c’est que je suis convaincue que n’accorder aucun respect au vivant, le réifier ainsi, le maltraiter en toute conscience dessert l’homme et ne l’anoblit aucunement. Je pense également que la violence envers l’animal est le premier pas vers la violence envers ses semblables, car elle témoigne d’un irrespect de la vie. Au fil d’une lecture, je suis tombée sur ce texte de Marguerite Yourcenar :

Je me dis souvent que si nous n’avions pas accepté, depuis des générations, de voir étouffer les animaux dans des wagons à bestiaux, ou s’y briser les pattes comme il arrive à tant de vaches ou de chevaux, envoyés à l’abattoir dans des conditions absolument inhumaines, personne, pas même les soldats chargés de les convoyer, n’auraient supporté les wagons plombés des années 1940-1945. Si nous étions capables d’entendre le hurlement des bêtes prises à la trappe (toujours pour leurs fourrures) et se rongeant les pattes pour essayer d’échapper, nous ferions sans doute plus attention à l’immense et dérisoire détresse des prisonniers de droit commun […] Et sous les splendides couleurs de l’automne, quand je vois sortir de sa voiture, à la lisière d’un bois pour s’épargner la peine de marcher, un individu chaudement enveloppé dans un vêtement imperméable avec une « pint » de whisky dans la poche du pantalon et une carabine à lunette pour mieux épier les animaux dont il rapportera le soir la dépouille sanglante, attachée sur son capot, je me dis que ce brave homme, peut-être bon mari, bon père ou bon fils, se prépare sans le savoir aux « Mylaï » [village vietnamien dont la population fut massacrée par un détachement américain]. En tout cas, ce n’est plus un « homo sapiens ».
Les yeux ouverts, cité par Jean Nakos dans le n° 33 (novembre 2010) des Cahiers antispécistes.

Les sociétés qui respectaient les animaux et le vivant  sont celles qui considéraient que l’univers formait un tout et que l’homme en faisait partie, au même titre que les créatures végétales et animales, et surtout que l’homme avait impérativement besoin de la nature pour survivre. Quand on tuait un animal, on lui était reconnaissant pour sa viande que l’on mangeait, sa peau dont on se vêtait, ses tendons dont on faisait des fils à coudre, ses os qui servaient à faire des armes et des outils – d’où les rituels d’excuses et les offrandes à l’esprit-animal. Au contraire, s’élever au dessus de l’animal comme s’il s’agissait d’un inférieur est pour moi la première étape vers le sentiment de toute-puissance qui permet l’infériorisation de ses « frères » (tu les vois mes gros guillemets?) humains. L’idée n’est pas de pleurer une poule égorgée comme on pleurerait son enfant, mais de manifester tout le respect possible envers des êtres sensibles qui possèdent comme vous et moi un système nerveux, ressentent la douleur, la peur, la solitude.

Un animal n’est pas une machine, ni un objet, et mérite de ce fait d’être traité comme ce qu’il est : un être vivant. Je refuserais que mon chat soit élevé dans les conditions dans lesquelles on élève les vaches ou les porcs et qu’il subisse le même sort, pourquoi accepterais-je qu’on fasse souffrir ces animaux là, sous prétexte qu’ils ne vivent pas sous mon toit et que l’exploitation dont il font l’objet m’est cachée (car oui, pour savoir, il faut creuser) ? Pour ma part, il y des choses que je ne veux plus cautionner. Je suis désormais passée dans le camp des végétariens et renonce donc à la consommation de chair animale, premier pas pour boycotter un secteur dont les procédés, de manière générale, sont largement contraires à mon sens de l’éthique. Les  produits animaux tels que le cuir et la laine sont issus du même système ; j’en parlerai plus tard, comme j’aborderai sans doute de nouvelles thématiques touchant au végétarisme.

Certains diront qu’en France, on est épargné, que nos éleveurs traient leurs bêtes correctement, et qu’au lieu de ne pas manger de viande, il suffit de manger du bon boeuf de l’Aubrac élevé en plein air. Pour moi ça ne suffit pas. Le fait même d’élever un animal pour le manger ensuite me fait froid dans le dos. Je trouvais ça normal, à présent ça me semble complètement tordu, comme si j’avais enfin vu la lumière (cette phrase va sans doute étayer la thèse de la secte végétarienne). Je ne supporte pas qu’on dise « Les animaux sont faits pour être mangés ». Non. NOUS les élevons pour les manger, et c’est très différent. NOUS avons fait d’eux ce qu’ils sont. Nous faisons d’eux de la nourriture. A ceux qui arguent que « l’homme mange de la viande depuis toujours », je réponds d’une part que c’est faux, et d’autre part que s’ils ne voient pas la différence entre chasser un bison mâle de temps en temps pour se nourrir, se vêtir, bref pour survivre, et faire se reproduire des milliards de bêtes, les enfermer, les inséminer de force, les frapper parfois, leur retirer leurs petits, leur pomper leur lait toute leur vie, les condamner à une existence misérable pour les mener finalement à l’abattoir, et ce, en toute conscience, et bien, je suis bien désolée pour eux.

Je vous laisse avec le documentaire qui a achevé de m’ouvrir les yeux (et une fois que les yeux sont ouverts, il est difficile de les refermer) : « Earthlings » de Shaun Monson. Attention, il est très axé sur les Etats-Unis. Certaines images sont anciennes, les sous-titres en français sont passables, mais globalement, voilà ce qu’il en est aujourd’hui de la condition des animaux destinés à être mangés, à nous vêtir, celle de nos « amis » domestiques et de ceux qu’on utilise pour la science.

O(de) à une tricheuse.

Georges de La Tour, Le tricheur à l'as de carreau

Georges de La Tour, Le tricheur à l’as de carreau

A toi, l’étudiante qui as passé l’examen à contempler ses genoux, et qui ne les quittais des yeux que sporadiquement afin de griffonner sur sa copie,

A toi, que j’ai regardée fixement durant de longs moments et qui n’a pas rencontré une seule fois ce regard,

A toi qui sais, sans nul doute, que du haut de notre estrade, nous décelons les anormalités aussi clairement que Dieu le Père sait les péchés,

Je dis qu’il est des manières de filouter absolument sublimes,

Que certains font preuve, dans l’entreprise qui fut lors la tienne, d’une maîtrise telle, d’une discrétion si semblable à celle de la panthère noire silencieuse dissimulée dans la nuit d’un feuillage luxuriant, que les nuées même sont une demeure indigne d’eux.

Aussi, je voudrais célébrer la discrétion de ton recopiage mot pour mot des diapositives de mes cours, titres et structure inclus, aussi indiscernable que les méthodes de chasse de la caillera sauvage en milieu urbain,

Je voudrais louer l’intransigeance supérieure de ton caractère, qui t’a amenée lorsque je te demandais simplement la date d’un événement historique donné, à y ajouter le mois et le jour, refusant cependant d’en préciser l’heure et la minute, prouvant par là ta résistance farouche à la tentation.

Je voudrais accompagner d’alleluias ta brillantissime idée de répondre à une question à l’aide d’un paragraphe entier issu d’une page web, et faire résonner les clairons d’or à la gloire de ta géniale déduction qu’une reformulation de certains passages aurait constitué une entaille sans pareille à la subtilité de ton oeuvre.

En vérité je te le dis, ma béatitude due à ton divin ouvrage est par nulle autre égalée, aussi dépose-je à tes pieds la plus belle des offrandes, le plus parfait des cercles, la forme la plus pure de l’infini, afin que tes mérites soient reconnus pour les siècles des siècles.

Rencontre du troisième type. Celui qui fait une thèse aussi.

Quand un thésard rencontre un autre thésard, la discussion tourne évidemment toujours autour de la thèse. La thèse pour un thésard, c’est un peu comme la pourriture du gouvernement en place dans une conversation de PMU, incontournable. Donc, quand un thésard rencontre un autre thésard, disais-je, après quelques minutes à déblatérer des banalités qui ne servent qu’à tourner autour du pot, l’un des deux finit par se jeter à l’eau :

« Et sinon, ta thèse, t’en es où? »

Note bien que, quand c’est un non thésard qui te pose cette question, tu te contentes en général de lui jeter un regard noir et de grommeler  un « Ça va, ça avance » en te renfrognant. Est-ce que toi tu lui demandes si sa calvitie repousse? Non. Bon. Mais quand c’est un compagnon de galère, c’est une libération, une excitation, le frisson de la plongée dans le grand bain après une glissée de 30 mètres sur le toboggan d’Aqualand. En fait, on n’attendait que ça. On se met à persifler dans tous les sens, à déverser notre venin et à se rouler par terre de désespoir comme une pleureuse sicilienne : problématique bancale, plan chelou, monde universitaire tout pourri, horrible thèse médiocre (contrairement à la nôtre qui va évidemment révolutionner le monde de la recherche) qui a obtenu les félicitations du jury, affreux untel qui obtenu un poste d’ATER, immondes étudiants qui rendent des copies pleines de fautes, arrachage de cheveux, questionnements existentiels, remise en question, rage, désespoir, misère et décadence de l’esclave intellectuel du système qui se saigne pour fournir un travail pour lequel il devrait être (même mal) payé.

Au final, on n’est guère plus avancé, mais ça fait du bien.

(Je vous préviens, le premier qui dit qu’un thésard est un fainéant qui n’a pas voulu s’insérer dans la vie active se prend une branlée).

JDM.

Certains jours, on se lève en retard, crevée de bon matin, et on arrive au boulot pour trouver le bureau laissé dans un chaos indescriptible par sa collègue ultra-bordélique (le capharnaüm de son sac à main me donne la nausée, je vous jure que vous n’avez jamais vu ça), alors qu’on l’avait laissé nickel la veille.

Certains jours, on n’arrive pas à venir à bout des tâches importantes car on se fait déranger toute la journée par des élèves qui ne sont pas au courant des consignes qu’on leur a répétées et affichées partout, à croire que même dans le supérieur, ils ne savent pas lire et sont infichus de comprendre les choses les plus simples. C’est à se taper la tête contre les murs.

Certains jours, on apprend que nos étudiants ont déjà vu l’année dernière une bonne partie de la période historique qu’on est censé leur enseigner cette année. Etablir des programmes cohérents est apparemment trop compliqué. Et modifier ses cours au pied levé, çavabienmerci.

Certains jours, en rentrant chez soi, heureuse de retrouver son cocon, on aperçoit, à peine la porte poussée, son grand miroir en miettes, que le chat a fait tomber car, certainement, il s’ennuyait.

Et certains jours, tout ça arrive en même temps, et on finit de très très mauvais poil.

(Journée De Merde)

Have you met… La Chatte?

capture-d_c3a9cran-2012-08-05-c3a0-16-30-59Aujourd’hui, je vous propose une présentation de cet espace et de moi-même : mon amie Sophia du blog 30 ans une vie nouvelle a tenu à m’interviewer pour le lancement de mon nouveau blog !
1. Est-ce que « La Chatte » une référence au très célèbre film  » La chatte sur un toit brûlant » avec Elizabeth Taylor?
J’ai en effet pensé au livre La Chatte sur un toit brûlant de Tennessee Williams (moins à Elizabeth Taylor, j’avoue) quand j’ai choisi le nom du blog (j’y fais une référence détournée dans mon à propos, d’ailleurs). Mais si j’ai choisi d’intituler cet espace « Le blog de la Chatte », c’est avant tout par envie de gentille provocation, en raison de l’équivoque du terme. Je me suis dit que pour un blog écrit par une femme, qui parle en plus pas mal de féminisme, c’était à la fois amusant et irrévérencieux.
 
2. Est-ce que tu pourrais nous présenter ton blog en quelques lignes? Ton tout premier article parle de féminisme, est-ce qu’il va donner le ton au reste de tes écrits?
Mes premiers articles parlent en effet de féminisme, car c’est un domaine qui m’intéresse énormément. D’une part je me sens concernée, car au quotidien, le sexisme ordinaire me fait bondir. Pour autant, je ne compte pas parler uniquement de féminisme, il s’agira plutôt d’un blog d’humeurs et de sujets de société, ou culturels. Bon, pour tout avouer, je n’ai pas encore vraiment décidé de la ligne directrice, j’imagine que ce sera un savant mélange de chroniques personnelles, d’actualité,  de coups de coeurs, de culture. Un salad bowl, plein de choses différentes. La diversité, c’est bon pour la santé. Et puis je n’ai pas envie d’être catégorisée : si j’écris quarante billets féministes et qu’à un moment j’en fais un sur ma nouvelle paire de chaussures ou ma passion pour les beignets de courgette, on va penser que ce n’est pas cohérent. Je veux pouvoir parler de tout sans qu’on se dise « mais qu’est-ce qui lui prend de nous pondre un article comme ça? ».
 
3. Pourrais-tu nous expliquer la raison de ce blog? Qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire?
Je blogue depuis longtemps, et un jour j’ai eu envie d’un nouvel espace, avec un ton différent. L’idée de ce blog-ci et de son premier article est venu d’ une pulsion militante. J’ai la nette impression que les droits des femmes sont en train de reculer, pas au niveau législatif, mais dans la sphère publique, dans les mentalités. J’ai souvent constaté, autour de moi, que certaines filles très jeunes n’interrogent pas le monde qui les entoure, ne remettent pas en cause les préjugés. Elles sont à la fois ignorantes de l’histoire des droits des femmes et n’ont pas les yeux ouverts sur le monde actuel. J’entends par là qu’évidemment, elles vivent dans ce monde, mais elles n’en sont pas actrices; les modalités sociales qu’elles expérimentent au quotidien leur semblent normales, jamais elles ne penseraient à les remettre en cause. Je vais te raconter une anecdote que j’ai vécue cette année, dans un établissement scolaire : les jeunes avaient disposé dans les couloirs des affiches pour une soirée d’intégration intitulée « Soirée macs et putes de l’Est », à laquelle il fallait que les filles viennent habillées comme des prostituées. Aucune gamine n’a songé à protester. C’est une enseignante âgée d’un soixantaine d’années qui a arraché les affiches et fait un scandale, arguant qu’elle s’était personnellement battue pour l’amélioration de la condition féminine et qu’elle ne pouvait pas laisser passer ça. Elle disait aux filles « Mais vous vous rendez-compte, non mais vous vous rendez compte? » et non, elles ne se rendaient pas du tout compte. Elles ne se sont pas offusquées de devoir se vêtir comme pour faire le trottoir, d’être reléguées, même « pour de faux » au rang d’objets sexuels. Elles n’étaient pas non plus choquées d’une soirée ayant pour thème la prostitution des filles de l’Est, comme s’il s’agissait d’un phénomène social normal dont on pouvait s’amuser. Alors certes, je généralise, toutes les jeunes filles ne sont pas aussi amorphes. D’ailleurs, la résurgence des mouvements féministes le prouve. Même si le féminisme n’est pas un mode de pensée unique, si nous ne sommes pas toutes d’accord les unes avec les autres, s’il y a des points de divergence, je suis heureuse que les femmes redécouvrent le militantisme. Car pour moi, si renouveau il y a, cela prouve bien qu’il y a des combats à mener. C’est bien de s’en apercevoir et c’est encore mieux de se jeter dans la bataille. Ce qui est primordial pour moi, chez l’être humain, c’est qu’il ait la conscience en éveil ainsi que l’esprit critique.
 
4. Quels sont tes sujets de prédilection ? Les choses qui t’inspirent le plus pour écrire ?
Tout m’inspire, même si tu auras compris qu’en ce moment ce sont plutôt les sujets de société. C’est vrai que pour l’instant j’ai plus envie de parler du débat sur l’abolition de la prostitution (j’en parlerai d’ailleurs) que du dernier film que j’ai vu ou d’une situation cocasse que j’ai vécue, mais ça peut changer. Mes sujets de prédilection, ce sont tout simplement ceux dont j’ai envie de parler, ce ne sont pas toujours les mêmes.
 
5. Est-ce qu’il y a des blogs que tu lis quotidiennement? Quel est ton favori?
Je lis des tas de blogs, j’adore ça. J’ai appris des tas de trucs sur les blogs, sur tout et n’importe quoi, d’ailleurs. Les liens dans ma blogroll (qui est encore en construction) sont loin d’être exhaustifs, j’en lis des dizaines, de tout style : des blogs d’humeurs, des chroniques, des blogs beauté, des blogs écolo, des blogs de société, des blogs mode, des blogs de cuisine, des blogs de coiffure, des blogs BD, des blogs photo, des blogs de couture ou de création, des blogs rétro. Certains au quotidien, d’autres ponctuellement, à la faveur d’une découverte. Je n’ai pas réellement de favoris, vu que tout m’intéresse. Les blogs sont des plateformes d’échange incroyables.
 
6. Pourquoi as-tu décidé de rester anonyme?
Tout simplement pour préserver mon intimité. Je blogue depuis 2005. Depuis cette date, j’ai eu 4 ou 5 blogs différents. Avant celui-ci, j’en avais un qui connaissait pas mal de succès. J’y racontais beaucoup ma vie, des choses très personnelles, sans pour autant donner énormément de détails sur mon identité, mais certaines personnes, en croisant les informations, ont découvert qui j’étais. Je ne veux plus mélanger mon blog à ma vie privée (d’ailleurs je ne veux plus y parler de ma vie privée), je ne veux pas qu’il soit confondu avec ma personne. Dès qu’on ouvre un blog, on s’expose aux critiques : elles ne me gênent pas, mais je veux que ces critiques soient à l’encontre de la blogueuse, de l’image que je donne à voir sur le web, et pas de celle que je suis en privée. Evidemment, certaines personnes de l’ancien blog me suivent toujours, certaines d’entre elles savent qui je suis, mais je sais que je peux leur faire confiance.
 
7. Est-ce que tu peux nous dire quelque chose de très personnel sans nous dévoiler ton identité? 
« Très personnel », c’est à dire? La couleur de ma culotte (orange), le nom de mon amoureux (joker), la marque des croquettes que je donne à mon chat (Purina®), ce que je fais dans la vie (pour l’instant un job plutôt alimentaire mais peinard, un peu d’enseignement à l’université aussi, pour pouvoir mener à bien mes recherches à côté)?
 
8. Une petite dernière pour la route, qu’est-ce que tu penses d’une nana qui écrit un blog sur sa grossesse et son expérience de maman? Est-ce que ça fait pas un peu cruche, gnangnan, fleur bleue, poney et arc-en-ciel?
La question n’est pas de quoi on parle, mais la façon dont on en parle. Si tu écrivais des articles avec des gifs poneys animés, des coeurs et des étoiles au-dessus d’une phrase comme « mon bébé d’amour je t’aime déjà tu es une fée dans mon ventre rond », oui, ce serait un peu cruche. Mais la grossesse est une expérience importante, si tu as envie d’en parler et de partager ton expérience avec d’autres, il faut le faire. Moi qui n’ai pas d’enfant (ah, voilà une autre réponse à la question ci-dessus : je n’ai pas d’enfant), j’aime bien ton blog, parce qu’il est sincère, touchant et drôle. Et j’y apprends des choses.
 
Merci ma belle!!!
Sophia