Liberté de conscience?

Lu dans le Monde d’aujourd’hui : « Le président François Hollande a reconnu mardi 20 novembre « la liberté de conscience » aux maires qui refuseraient de célébrer des mariages entre personnes du même sexe si la loi le prévoyant était votée. »

Bon. Il n’est pas encore 9h du matin et je sors complètement de mes gonds. Donc si notre bonne République décidait que tout citoyen peut s’unir civilement avec qui bon lui semble, certains maires pourraient décider, comme on peut refuser de porter les armes, d’être objecteurs de conscience et de refuser de marier ce couple.

Hum… Pardon?

On pourrait ne pas appliquer la loi en vertu de nos principes idéologiques maintenant ? En tant que propriétaire, je ne loue pas mon appartement à des musulmans car ma conscience de catholique me le dicte. En tant qu’employeur, je n’embauche que des hommes car selon mes principes idéologiques et moraux les femmes doivent rester à la maison. En tant que maire, je décide de ne pas attribuer de logement social à ce couple qui pratique l’échangisme car ils sont totalement décadents, l’amour se fait à deux, priorité à ceux qui ne dérogent pas de nos bonnes vieilles valeurs morales.

Je crois que là, François Hollande vient d’ouvrir la porte à toutes les fenêtres. Parce que la loi est applicable par tous, et sûrement pas optionnelle sous prétexte qu’on n’est pas d’accord avec elle. Certains personnes aident des clandestins par choix idéologique, et la loi ne prévoit pas la liberté de conscience pour humanisme. Certains fauchent des champs pleins d’OGM, et finissent en prison, et la loi ne prévoit pas de liberté de conscience pour protection de la santé publique et refus de faire de nous tous des cancéreux à terme. Et on voudrait autoriser un maire à ne pas marier un couple, lui reconnaître une liberté de conscience pour… pour quoi, d’ailleurs ? Pour dégoût de rapports amoureux entre personnes du même sexe ? Par horreur de la sodomie ? Parce que vivre avec une femme quand on est une femme c’est inadmissible ? Parce qu’on refuse que ce mariage offre au couple le futur droit d’adopter un enfant qui serait beaucoup mieux structuré s’il avait un papa et une maman ?

Je suis complètement hors de moi, et je me pince pour me persuader que j’ai bien lu ce que j’ai lu. (Aïe) (Ah oui, pas de doute.)