Senteurs genrées.

Les odeurs et moi, c’est toute une histoire. J’y suis ultra sensible. Pas seulement aux parfums, mais aussi aux odeurs corporelles. Aimer ou pas une odeur, c’est une question de souvenir olfactif, d’alchimie, de chimie. L’odeur de quelqu’un peut nous envoûter ou nous faire fuir. Je me souviens qu’un copain m’a dit un jour qu’il avait quitté une fille au bout d’une semaine (en invoquant un autre prétexte pour ne pas la blesser) car il ne supportait pas son odeur. Elle ne sentait pas mauvais, non, mais quelque chose le rebutait. Je me suis déjà vue totalement sous l’emprise d’un joli Monsieur dont l’odeur me comblait totalement, et j’ai même le souvenir, d’ailleurs, d’avoir trouvé un moment sensuel beaucoup moins intéressant après un passage commun sous la douche. Cela m’a toujours fait penser à une nouvelle érotique d’Anaïs Nin publiée dans le recueil Vénus Erotica, dans laquelle une femme retrouve tous les soirs son amant. Un jour, alors qu’ils se retrouvent comme à l’accoutumée, elle ne ressent aucun désir, n’en comprend pas tout de suite la raison, puis s’aperçoit que c’était le puissant parfum de cet homme qui était le moteur de son attirance sexuelle pour lui. Totalement refroidie, elle s’en va et ne revient pas.  

La preuve par le coquelicot

Tant qu’on y est, petit message à ma voisine Nadia, pourrais-tu s’il te plaît arrêter de t’asperger de cette eau de toilette écoeurante affreusement sucrée qui laisse son sillage dans la cage d’escalier environ une heure après ton passage. Merci pour mon nez. Et si un jour tu comptes assassiner quelqu’un, évite de te parfumer avant, tu serais grillée à 10km à la ronde. 

Bref, toute cette digression pour dire que chez moi, on ne déconne pas avec les odeurs et les fragrance, et que la recherche d’un parfum ou d’une eau de toilette, c’est une question sérieuse. Et figurez-vous que le fait que nous, les femmes, puissions porter un parfum d’homme fut l’une des plus hallucinantes et délicieuses découvertes de mon existence (certains ont découvert l’Amérique, on fait ce qu’on peut). Parce qu’on critique le marketing genré, les kits de ménage roses à paillette pour les petites filles et les figurines de superhéros virils pour les garçons, mais combien d’entre nous ont déjà pensé à aller chercher leur bonheur olfactif au rayon homme ? Toute fille hétérosexuelle a déjà piqué le déo de son copain (surtout parce que ledit déo rappelle l’odeur du copain, évidemment), mais il me semble que spontanément, s’agissant des parfums, on se dirige toujours vers le rayon femme. J’ai retrouvé il y a quelques jours, en faisant du rangement dans ma salle de de bain, un mini vaporisateur d’Allure pour homme de Chanel et un échantillon de l’Homme d’YSL qui trainaient au fond d’une trousse, vestiges d’un temps où j’achetais des produits en parfumerie. J’ai testé les deux et pour tout vous dire, je me suis trouvée absolument irrésistible nimbée de senteurs pseudo masculines. J’ai complètement craqué, je m’aimais moi-même (les parfums sont-ils faits pour pécho?).

L’homme et la mer, toute une histoire.

C’est vrai, dans le fond, qui a décrété que les fifilles devaient être à la fleur et les garçon à la mousse des bois et aux embruns, qu’un parfum pouvait être unisexe (tel le célèbre CK One) et un autre réservé à un sexe en particulier? J’avais un oncle qui se parfumait à la vanille, d’ailleurs, un ex qui portait du patchouli (qui à mon avis, passées les années 70, est devenu une senteur presque exclusivement féminine), et ce n’était pas mal du tout. Je fus une adoratrice finie de Shalimar et je me dis que si je croisais un homme qui le portait, je serais peut-être sacrément séduite ; si j’aime ce parfum sur moi, il me ferait peut-être totalement chavirer sur quelqu’un d’autre. Si des hommes accompagnés d’une chère et tendre me lisent, subtilisez donc un pschit de l’eau de toilette de votre aimée qui vous fait de l’effet et dites moi comment vous vous sentez avec, tiens. Mal à l’aise, irrésistible? L’inverse est valable aussi, allez les filles (à la vaniiillle), on essaie ! Soyez beaux joueurs, c’est pour la science (ah non?)!

(Vous avez le droit d’essayer avec des eaux de toilettes aux composants non testées sur nos amis les lapins, hein)

Publicités

8 réflexions sur “Senteurs genrées.

  1. s18o dit :

    Mon grand-père s’aspergeait du parfum de ma grand-mère… je viens de m’en souvenir en lisant ton très joli article. Il souriait quand je lui disais: « Maaaiiis paaapiii, tu sens la feeeemmme!!! »
    Il avait son air malicieux. 🙂

    Il n’y a rien de plus puissant qu’une odeur… quand je débouche un parfum que je portais à 15 ans, j’ai l’impression de faire un retour rapide dans le passé. Je revois entièrement la période.

    Quand j’étais rentrée totalement par effraction dans la maison de mon enfance (une maison de lotissement vide qui attendait d’être visitée…) je me suis faufilée et j’ai revisité ma maison… au moment même où je suis rentrée cette odeur d’enfance m’a envahie! C’était bouleversant.

    L’odeur d’un homme, l’odeur du café dans la cuisine le matin, l’odeur de l’été, l’odeur d’un bébé, l’odeur du savon de Marseille…

    Ca m’inspire ton sujet!

  2. mllebabooshka dit :

    Impossible de rentrer dans une parfumerie pour moi, le mal au crâne est instantané. Je ne supporte pas l’odeur du cuir aussi, cela me fait le même effet. Alors mon déo est très neutre & je ne porte jamais de parfum. Mais je dois avouer que les parfums d’homme sont plus agréables que ceux des femmes … Je suis peu sensible aux odeurs, en fait à cause des rhumes et allergies, j’ai souvent le nez bouché … Moi je serai plus sensible aux bruits (il faut dire que je suis myope en passant).

  3. Anna E. dit :

    Tiens, c’est une idée, il faudra que je pique son parfum au copain pour voir !
    Je me souviens lui avoir un jour emprunté son gel douche, j’ai détesté l’odeur sur moi, j’avais l’impression de « puer l’homme » à dix mètres (mais peut-être que c’était juste ma peau qui était incompatible avec cette « fragance » précisément ?).
    Et je comprends tout à fait ton ami, je n’aurais pas pu rester avec le copain si je n’avais pas aimé son odeur (ni sa voix, d’ailleurs) (bon, du coup il me manque, heureusement qu’il me reste des shortbreads).

  4. Stéphanie ....... dit :

    Oui ! moi aussi je suis hyper sensible aux odeurs …… Je repasse plus tard voir si tu as accépté mes commentaires et alors je te parles des odeurs pour moi parce que c’est trop ? trop trop …. étrange ou être ange ? oui être ange c’est bien aussi et c’est tout aussi étrange en fait …..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s